Communiqué de presse du 8 septembre ; Il est facile et rassurant de vivre dans nos deux beaux départements

Il est facile et rassurant de vivre dans nos deux beaux départements en oubliant l’existence des multiples installations nucléaires qui nous entourent.

Dans un rayon de 100 km autour de Valence, principale agglomération, pas moins de 4 centrales nucléaires comprenant 14 réacteurs, qui ont tous dépassé leur durée d’exploitation de 30 ans.

À celles-ci s’ajoutent les installations industrielles du Tricastin, de la FBFC de Romans sur Isère, du CEA de  Marcoule et des transports journaliers par trains, ou par la route, de combustibles en provenance de l’usine de Malvesi près de Narbonne ou de la Hague concernant le plutonium.

À cela s’ajoutent des transports hebdomadaires de déchets très hautement radioactifs vers la Hague et de multiples échanges routiers entre le Tricastin et le centre de la FBFC de Romans sur Isère.

Chaque année l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) émet des avis sur ces installations vieillissantes, qui malgré l’utilisation d’un langage ésotérique, indiquent de multiples dysfonctionnements tant sur les installations elles-mêmes que sur l’organisation du travail des salariés.

Dire qu’un accident nucléaire majeur qui nécessiterait, pour chacune de ces installations, l’évacuation de plus de 2 millions de personnes, n’est plus réservé aux antinucléaires militants.

Dans un entretien avec le journal Libération du 3 mars 2016, Pierre-Franck Chevet, président de l’ASN déclarait « Il faut imaginer qu’un accident de type Fukushima puisse survenir en Europe». Il déplore en outre « le manque de prise de conscience des risques ».

Dans ce contexte, les campagnes actuelles du Conseil départemental de la Drôme, appuyées par les maires de Montélimar, Crest ou Valence pour prolonger la durée de vie de nos centrales au-delà de 40 ans de fonctionnement – voire plus - sont criminelles. STOP nucléaire Drôme Ardèche dénonce cette politique de rafistolage des réacteurs et de mise en danger délibérée des populations de nos départements et appelle les habitants, les élus locaux à exiger la fermeture immédiate de ces installations vieillissantes.

Contact : 09 72 35 89 60.   

Quelques exemples des avis de l’ASN

Cruas : 10 Km de Montélimar, 40 Km de Valence

L’ASN relève que, depuis 2014, la rigueur d’exploitation de la centrale nucléaire de Cruas-Meysse est insuffisante et que l’année 2015 a été marquée par une fragilité sur le respect des spécifications techniques et la rigueur d’exploitation. Ces fragilités se sont notamment révélées par la survenue d’un nombre important d’événements significatifs pour la sûreté lors du pic d’activité qui s’est produit au moment du redémarrage simultané de deux réacteurs au mois de septembre 2015.

Dans un contexte de maintenance très chargé, la centrale nucléaire de Cruas-Meysse continue à présenter en 2015 des faiblesses sur la fiabilisation des activités de maintenance. L’ ASN note en particulier que la troisième visite décennale du réacteur 1 a vu sa durée doubler par rapport au planning initial d’EDF. La centrale a également connu des difficultés pour établir des diagnostics techniques fiables sur plusieurs aléas techniques. Enfin, l’ASN note un manque de maîtrise du risque d’introduction de corps étrangers dans les circuits et les piscines.                                                                                                                                                                                                                                 En matière de protection de l’environnement, l’ASN considère que la centrale nucléaire de Cruas-Meysse reste en retrait par rapport à l’appréciation générale portée sur EDF

Du point de vue de l’hygiène et sécurité au travail, l’ASN constate que les résultats en matière d’accidents du travail demeurent insuffisants et, pour la troisième année consécutive.


FBFC : 20 Km de Valence

L’ASN a prescrit par la décision du 8 janvier 2015 la remise en conformité de certaines installations ou, à défaut, l’évacuation des substances radioactives. L’ASN considère qu’Areva NP Romans doit impérativement progresser sur la maîtrise des filières des déchets nucléaires. Compte tenu de l’ensemble de ces éléments, le site Areva NP de Romans-sur-Isère est maintenu sous vigilance renforcée par l’ASN en 2016.


St Alban : Le site de Saint Alban abrite la centrale nucléaire exploitée par EDF dans le département de l'Isère, à 40 km au sud de Lyon, 60 km au nord de Valence

Cette centrale nucléaire est constituée de 2 réacteurs à eau sous pression d'une puissance de 1300 Mwe chacun.

L’ASN a cependant relevé des points de fragilité en matière d’application de la planification des programmes de maintenance.

Le site doit progresser concernant la déclinaison de certaines exigences réglementaires et la surveillance des prestataires en charge de certains prélèvements et/ou analyses.


Tricastin : 70 km valence 30 Km Montélimar

Cette centrale nucléaire est constituée de 4 réacteurs à eau sous pression d'une puissance de 900 Mwe chacun.

L’ASN note que la centrale nucléaire doit être attentive aux rejets chimiques. L’ASN note surtout que la gestion de déchets est perfectible : l’encombrement du bâtiment des auxiliaires de conditionnement du site atteint un niveau préoccupant

Enfin, l’ASN considère que l’exploitant doit impérativement progresser en matière de confinement de liquides (radioactifs ou chimiques)


Bugey : 100 Km au Nord de Valence

Cette centrale nucléaire est constituée de 4 réacteurs à eau sous pression d'une puissance de 900 Mwe chacun

L’organisation de la centrale nucléaire reste fragile dans la surveillance des activités en salle de commande. L’ASN relève cependant un manque de maîtrise sur la question du confinement liquide, qu’il s’agisse de substances radioactives ou chimiques : sur ce sujet lié au vieillissement des installations. L’ASN considère que la reconquête de la maîtrise du confinement liquide sur la centrale nucléaire doit passer par la mise en œuvre d’un programme ambitieux portant à la fois sur l’entretien des matériels ainsi que sur une meilleure maîtrise des opérations d’exploitation peu courantes.


Centre CEA de Marcoule 60 Km au sud de Montélimar

Des lacunes en matière de surveillance des intervenants extérieurs ont été relevées lors d’une inspection, menée conjointement avec l’ASND, concernant un transport de conteneurs de déchets entre la centrale et une installation d’entreposage de l’INBS de Marcoule.


Ce billet n'a pas de rétroliens

URL de rétrolien : http://www.sdn26-07.org/leblog/index.php?trackback/553